Epistre burlesque à Madame de Bourron

Ma belle Dame de BOURRON,
Le pauvre Diable de Scarron
Treshumblement vous remercie
De vos trois melons et vous prie
De vous contenter bonnement
De son petit remerciment.
Il voudroit bien, à la pareille,
Vous envoyer quelque merveille ;
Car merveille peut on nommer
Le melon qu’il vient d’entamer ;
Mais chez un homme de sa sorte
Que rien n’entre et que rien ne sorte
Qui passe pour bien merveilleux,
Si ce n’est que de vos beaux yeux
Sa maison devint esclairée :
C’est verité tres averée.
Contentez vous donc bonnement
De mon petit remerciment.
Si j’avois mieux, peste m’estrangle
Ou d’un dard pointu comme un angle
Me Puisse le coeur transpercer
Si sur le champ, sans balancer,
Vous ne l’eussiez eu, belle Dame
Que j’ayme de toute mon ame ;
Et de cecy ne doutez pas,
Tresor charmant de bruns appas,
Dont les yeux, à lances d’ebene,
Sur les coeurs courent la quintaine.
Fait à Paris, en avallant
Un de vos melons excellant.

Voter pour ce poème!

Paul Scarron Apprenti Poète

Par Paul Scarron

Le Poète Paul Scarron, écuyer et seigneur de Fougerest, Beauvais et La Rivière né le 4 juillet 1610 à Paris et décédé le 6 octobre 1660 à Paris, est un écrivain français contemporain du règne de Louis XIII et du début de celui de Louis XIV. Son ouvrage le plus connu est Le Roman comique.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes sculptent la réalité avec des mots. Devenez un sculpteur, tel un Rodin du commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Ne pas dormir

Hypatie