Nocturne aux chiens

Il y aurait des loups dans les ruines de
Mandu,
Des loups et des chacals, des panthères et des tigres
Qui sortiraient le soir on se demande d’où
Pour chasser les fantômes.
Et la mémoire émigré

Et le destin se perd aux pieds de
Rupmati
Bahadur sans royaume,
Bahadur sans chanson,
Qui n’a qu’un toit de chaume, trois grains de basmati
Et nulle coupe à tendre à un jeune échanson.

Sa capitale est morte, la nuit a d’autres songes
Que les chiens empoisonnent hurlant dessus la terre À la lune, à la peur, à la faim qui les ronge.

On ne ferme pas l’œil, on tuerait pour un rien
En attendant le jour béni où les panthères,
Les tigres et les loups massacreraient les chiens.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Vous reviendrez bientôt, les bras pleins de pardons

Plus que suspect