Océan dorage

De l’angle mort du ciel une aile noire soudain ténèbre de grand jour, on dirait la venue du néant sur la terre

Origine à revers sous des houles d’orage des nuées d’océan, un éclair de soleil tiré sur l’horizon

En plein midi la nuit met des reflets de cendre au tourment de l’écume, hors la mort hors la vie est l’opéra d’absence

Alchimie de la chute rythme de ruines d’eau

les murailles qui sombrent lèvent des vagues de mercure dans le gouffre du temps

Chant de l’obscur aussi duo nuit contre nuit miroir contre miroir lumière de sel et rien où sortir du secret

À vif présent d’oubli à feu présence d’ombre, la solitude danse sur l’haleine des morts la fin de l’infini

Et dans les embruns noirs à la proue de la terre le temple du rivage est le songe d’un songe pour
Shiva endormi

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments