Silvio Corelli pleure

Je ne suis qu’un être chétif :
Tout jeune, m’a laissé ma mère ;
Je vais errant et maladif :
Je n’ai pas d’amis sur la terre.

Seul soutien et seul compagnon
Gagnepain de mes jours très drôle
Je n’ai qu’un rude violon,
Pour gîte, l’ombrage d’un saule.

Grand comme les cieux est mon coeur ;
Et bien que mon oeil soit sans flamme,
Je lis dans la vie un bonheur
Comme lit le Christ dans notre âme.

Le soir, je veille au clair de lune
Jouant des airs tristes et vieux
Qui charment un oiseau nocturne
Ou consolent quelque amoureux.

Ainsi rêvant à l’avenir,
Je songe à mon printemps qui tombe ;
Mon passé n’est qu’un souvenir,
Mais, hélas ! il sera ma tombe.

Premiers poèmes

Voter pour ce poème!

Emile Nelligan Apprenti Poète

Par Emile Nelligan

Émile Nelligan, né le 24 décembre 1879 à Montréal et mort le 18 novembre 1941 dans la même ville, est un poète québécois influencé par le mouvement symboliste ainsi que par les grands romantiques.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poètes tissent leur toile de mots. Ajoutez un fil précieux avec votre commentaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

A mademoiselle Louise B.

Il parle encore