Toi l’ennui

Plus grand que l’océan

Plus étroit qu’un carcan

Plus cruel qu’un enfant

Plus bête qu’un adjudant

Plus chaud qu’une gourgandine

Plus frigide qu’une béguine

Plus vide que le désert

Plus peuplé que l’enfer

Toi l’Ennui
Plus haut qu’une cathédrale

Plus mince qu’un pétale

Plus triste qu’un vieux clown

Plus gai que les Gorgones

Plus réel que matière

Plus fluide que l’éther

Plus muet que le silence

Plus parlant qu’une jactance

Toi l’Ennui
Plus contrit qu’un curé

Plus gueulant qu’une traînée

Plus gris que la poussière

Plus transparent que l’air

Plus long qu’une abstinence

Plus vide que l’absence

Plus lent qu’une agonie

Plus ingrat que l’oubli

Toi l’Ennui
Plus sot qu’un fonctionnaire

Plus brimant qu’un clystère

Plus bâfrant qu’un glouton

Plus radin qu’Harpagon

Plus hideux que misère

Plus doux qu’une mégère

Plus amène qu’un démon

Plus mielleux qu’une potion

Toi l’Ennui
Jamais tu n’abandonnes

Tu ne fais grâce à personne

Aussi vaste que le monde

tu nous mènes à la ronde

Aussi vieux que la terre

tu ne désarmes guère

Aussi long que la vie

jamais tu ne t’oublies

Toi l’Ennui
1976

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments