Chanson des colons

Pour une p’tite chanson
J’donnerais ma maison
Com’ un sac de pierres
J’écrase la terre
Je voudrais m’en aller et voler dans l’horizon
Mais j’ai c’te maison rivée aux talons

Pour écrir’ il faut du papier
Y a pas d’papier chez les colons
Pour aimer il faut sa moitié
Y’a pas d’moitié chez les colons

Moi j’serais en peine d’écrire
Et j’serais en peine d’aimer
Je connais pas mes lettres et pas d’visage aimé
Notre vie on la roule sur des houles de pays
On nous sort de la foule
On nous déboule ici

Où c’est qu’on va poser not’pieu
Défaire nos hardes et être heureux
Oh! Sainte Vierge mère de Dieu!
V’nez donc nous aider un p’tit peu

Et des mouches et des souches et des frouss’s à la tonne
Le paradis qu’on dit est derrière l’abatis
On le cherche ou l’appelle
On travail’comme des boeufs et le soir
Y’a plus rien qu’deux étoiles dans les cieux.

Coli, colo colonisons
Pour tous les fistons qui viendront
Chapi chapeau y’a pas d’moisson
Sans sueur des fronts et sans colons.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Le crapaud

Au revoir