Par ce que j’ai souffert…

Par ce que j’ai souffert, ma mésange bénie,

je sais ce qu’a souffert l’autre : car j’étais deux…

Je sais vos longs réveils au milieu de la nuit

et l’angoisse de moi qui vous gonfle le sein.

On dirait par moments qu’une tête chérie,

confiante et pure, ô vous qui êtes la sœur des lins

en fleurs et qui parfois fixez le ciel comme eux,

on dirait qu’une tête inclinée dans la nuit

pèse de tout son poids, à jamais, sur ma vie.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments