À Mademoiselle Jane Sabatery

J’ai quitté la mère patrie
Pour voir, par un minuit bien clair,
Le ciel refléter dans la mer
Sa merveilleuse orfèvrerie.

Hélas ! aux côtes d’Algérie,
Règne un impitoyable hiver.
Les nuits sont du noir de l’enfer ;
Aucune n’est d’astres fleurie.

Mais, mon enfant, votre beauté
Est comme un firmament d’été
Étincelant, pur et sans voiles ;

Et, si sombres que soient les cieux,
Le Poète, admirant vos yeux,
Ne regrette plus les étoiles.

Voter pour ce poème!

François Coppée Apprenti Poète

Par François Coppée

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse des mots. Invitez-vous sur la piste, dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À Mademoiselle Annette Baudrit

Aubade