À deux îles

Ô siècle ! ceux qui sont trop grands, tu les exiles !
Et tes deux meilleurs fils échoués dans deux îles
Y vivent, sans se plaindre et sans un mot amer,
Seuls avec leur passé, leur génie et la mer.
L’Histoire, un jour, voyant se dresser leurs deux ombres,
L’une sur les flots bleus, l’autre sur les flots sombres,
Et songeant à ce qu’ils ont fait pour l’univers,
L’un avec son épée et l’autre avec ses vers,
A pu te demander, émue et stupéfaite
« Où donc est ton soldat ! Où donc est ton poète ! »
Et ce jour-là, l’œil terne et le front obscurci,
Tu n’as pu que répondre : « Ils ne sont pas ici ! »
Du moins ceux de qui l’âme épouse les grands rêves
Souvent laissent aller leurs vœux vers ces deux grèves
Où le soldat sublime et l’immense penseur
Regardent, les yeux pleins d’une triste douceur,
Sur la mer ondoyante ainsi qu’un champ de seigles,
S’éloigner les vaisseaux et s’envoler les aigles ;
Et, bien qu’ayant le cœur, hélas ! voilé de deuil,
Tous, nous sentons alors un confiant orgueil
De songer que ce temps a vu de grandes choses
Et peut encore, au fond des nuages moroses
D’un lointain ténébreux, mais qui s’éclairera,
Voir Guernesey tendant la main à Caprera.

Voter pour ce poème!

François Coppée Apprenti Poète

Par François Coppée

François Édouard Joachim Coppée, né le 26 janvier 1842 à Paris où il est mort le 23 mai 1908, est un poète, dramaturge et romancier français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Entrez dans notre jardin de poésie, où vos mots peuvent rivaliser avec ceux de Victor Hugo lui-même.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

À Aloys Blondel

À deux sœurs