Albertus (XLI)

Seul un homme debout auprès d’une colonne,
Sans que ce grand fracas le dérange ou l’étonne,
A la scène oubliée attachant son regard,
Dans une extase sainte enivre ses oreilles.
De ces accords profonds, de ces hautes merveilles
Qui font luire ton nom entre tous, – ô Mozart ! –
Ton génie avait pris le sien, et de ses ailes
Le poussait par delà les sphères éternelles.
L’heure, le lieu, le monde, il ne savait plus rien,
Il s’était fait musique, et son coeur en mesure
Palpitait et chantait avec une voix pure,
Et lui seul te comprenait bien.

Voter pour ce poème!

Théophile Gautier Apprenti Poète

Par Théophile Gautier

Théophile Gautier, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872, est un poète, romancier et critique d'art français. Né à Tarbes, Théophile Gautier est cependant parisien depuis sa plus jeune enfance.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse de l'âme. Enchaînez vos mots, comme un poème de Nijinsky, et dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Elle a des yeux d’acier

Sur le Carnaval de Venise IV