La petite marchande de fleurs

Elle nous proposa ses fleurs d’une voix douce,
Et souriant avec ce sourire qui tousse.
Et c’était monstrueux, cette enfant de sept ans
Qui mourait de l’hiver en offrant le printemps.
Ses pauvres petits doigts étaient pleins d’engelures.
Moi je sentais le fin parfum de tes fourrures,
Je voyais ton cou rose et blanc sous la fanchon,
Et je touchais ta main chaude dans ton manchon.
Nous fîmes notre offrande, amie, et nous passâmes ;
Mais la gaîté s’était envolée, et nos âmes
Gardèrent jusqu’au soir un souvenir amer.

Mignonne, nous ferons l’aumône cet hiver.

Intimités

Voter pour ce poème!

Si tu n'as pas encore laissé de commentaire après avoir lu ce poème, c'est comme si tu avais oublié de mettre du sel dans ton plat préféré. Tu veux vraiment passer à côté de cette occasion de partager tes pensées?

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments