Ballade de l’Abencerage

Le roi don Juan

Un jour chevauchant

Vit sur la montagne

Grenade d’Espagne ;

Il lui dit soudain :

Cité mignonne,

Mon coeur te donne

Avec ma main.
Je t’épouserai,

Puis apporterai

En dons à ta ville

Cordoue et Séville.

Superbes atours

Et perles fines

Je te destine

Pour nos amours.
Grenade répond :

Grand roi de Léon,

Au Maure liée,

Je suis mariée.

Garde tes présents :

J’ai pour parure

Riche ceinture

Et beaux enfants.
Ainsi tu disais ;

Ainsi tu mentais.

O mortelle injure !

Grenade est parjure !

Un chrétien maudit

D’Abencerage

Tient l’héritage :

C’était écrit !
Jamais le chameau

N’apporte au tombeau,

Près de la piscine,

L’haggi de Médine.

Un chrétien maudit

D’Abencerage

Tient l’héritage :

C’était écrit !
O bel Alhambra !

O palais d’Allah !

Cité des fontaines !

Fleuve aux vertes plaines !

Un chrétien maudit

D’Abencerage

Tient l’héritage :

C’était écrit !
François-René de Chateaubriand, Poésies diverses

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Francois-Rene de Chateaubriand

François-René, vicomte de Chateaubriand, né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848, est un écrivain et homme politique français. Il est considéré comme l'un des précurseurs du romantisme français et l'un des grands noms de la littérature française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est un voyage dans notre univers. Partez à l'aventure avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’azur

Fô a dit…