Naître, vivre, mourir

Naître, vivre, mourir, c’est le destin des hommes,
Le secret de la vie et le décret de Dieu ;
Tout ce que nous étions et tout ce que nous sommes,
Tout ce que nous serons… en trois mots… que c’est peu !

Mais si l’instant obscur qui nous a donné l’être,
Dans son germe contient un avenir sans fin,
Si l’effort a son but et non pas son peut-être ;
Si tout ce qui commence a son terme divin ;
Si notre esquif atteint, guidé par l’espérance,
Par le fleuve du temps l’océan éternel ;
Si la mort que l’on craint n’est qu’une renaissance ;
Si la terre n’est rien que la route du ciel ;
Si, quand le temps finit, l’éternité commence,
Heure unique et sans sœur, qui ne frappe qu’un coup !
Si l’amour est un jour bonheur et non souffrance ;
Vivre alors, vivre, ami ! dans un mot… c’est beaucoup !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments