Le réveil en fanfare

Les fils de la
Vierge
Barbelée

Couronnent d’épines de fer

La tête ensanglantée

Des morts écrasés sur la terre

Labourée

Et derrière l’horizon apparaît

Une effroyable omelette manquée

Coiffée d’un képi étoile

Et tout auréolée de galons mort-dorés

Naphtalines

Etalant sa lumière abominable et blême

Sa lueur souffreteuse

Exténuée

Sur le charnier

Un coq soudain se réveille en sursaut

Et pousse un cri retentissant

Garde à vous !

Voilà le soleil!

Et il claque ses ergots dans le sang

Et courant autour des morts

Il les picore

Frénétiquement

Garde à vous !

Voilà le soleil !

Et debout tout 1′ monde là n’ dedans !

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rousse

Pierrots, III