Sous le ciel bleu de methylene

Sous le ciel bleu de
Méthylène

si grave était le chant des grives

Et quand tous deux nous gravissions

de l’escalier de la maison

tous les degrés

sur les murs avec ton gravoir

tu gravais ma gravelure

Mais qu’importe !

Sur le carré de la distance

de ta porte à ma porte

ton corps et mon corps s’attiraient

Mais aujourd’hui

tout est gravelle gravats gravois

Tu étais mon gravitateur

et j’étais ta gravitative

Hélas ! gravats gravelle graviers

ma gravidité t’inquiétait

Je me jetterai de la gravière

j’en gravirai tous les degrés

comme autrefois notre escalier

Oh ! c’est pas gai tout a tourné

la mer le sol le ciel

Oh ! pourquoi favoir dit
Je t’aime-?

Me voilà la triste victime

de l’aggravitation universelle.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La Marjolaine et la verveine

Ce n’est pas pour ce monde-ci