L’enfance incontinent meurt devant la jeunesse

L’enfance incontinent meurt devant la jeunesse,
L’adolescence fait la jeunesse mourir,
La virilité fait au monument* courir
L’âge d’adolescence où l’amour nous oppresse,

La virilité cède à la morne vieillesse,
La mort fait le surgeon de vieillesse tarir,
Le jour du lendemain le jourd’hui fait périr,
Tant la fuite du temps et la suite se presse.

Que souhaitonsnous donc, de nos jours périssants
Le trépas importun poussant et repoussant
Notre âge de l’épaule ? Hommes peu sociables,

Nous courons du présent vers le temps à venir
Et, roulant en nos coeurs comme monceaux de sables,
Ne pouvons en lieu sûr sûrement nous tenir.

(*) tombe

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments