Quand je la vois briller sous un voile funeste

Quand je la vois briller sous un voile funeste,
Comme une autre Diane, au milieu de la nuit,
Quelle est mon aventure ? à quoi suisje réduit ?
Je demeure confus, sans parole, et sans geste.

Vous à qui sa rigueur jamais rien ne conteste,
Vous en qui ma pensée et ma flamme reluit,
Allez, regards, soupirs, où l’Amour vous conduit :
Votre douce éloquence est tout ce qui me reste.

Mais quoi ? tous ses désirs n’aspirent qu’au tombeau.
Elle fuit la clarté du céleste flambeau,
Et la mort seulement à l’amour la convie.

Mon âme, il faut partir ; fais ton dernier effort ;
Puisqu’étant, comme elle est, si contraire à la vie,
On ne lui saurait plaire, à moins que d’être mort.

Sonnets de Phillis

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Jean Ogier De Gombauld

Poemes Jean Ogier De Gombauld - Découvrez les œuvres poétiques de Jean Ogier De Gombauld

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie se nourrit de vos réflexions. Laissez un peu de vous sur nos pages.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’oubli

Renaissance