Langue natale

Les contraires qui sont battement au cœur du monde, la

parole les porte à déchirure.

Dans la dislocation que plus rien ne guérit, la ferveur d’une

langue dévore son avenir.

Fouet d’une phrase sans équivoque.

Ici s’est tenue la lumière d’un arbre, là s’est dissoute la venue

d’un pas.

Dans le buisson des cris le dieu se creuse de mutisme.

Quelque flamme que tu portes – si peu cette eau qui s’évapore.

Fraîche amertume du sel dans les plis de lumière.

Approche de la parole, Gallimard

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

La crosse en l’air

Quand le soir est tombé dans la chambre quiète