Mais quelle aveugle loi tellement te maîtrise

Mais quelle aveugle loi tellement te maîtrise
De prendre un voile noir, égarant tes beaux yeux
Des plaisirs, les plaisirs les plus délicieux,
Pères de ta beauté, des beautés plus exquise ?

Quel Christ, quel saint, quel roi, quel ange, quel Moïse,
A fait, dit, commandé, porté, prêché tels voeux ?
Que si c’était un saint, il fut lors oublieux
D’ôter pour prier Dieu la divine franchise.

Tous les biens assemblés sans elle ne sont rien,
Et par elle les maux semblent s’adoucir bien,
La chère liberté a l’honneur de la gloire.

Ne tranche donc le mot de la profession,
Ou tu es en danger, si tu ne me veux croire,
De souffrir sottement double damnation.

Recueil : Les Amours de Théophile

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments