Le succube

Toute mie, onduleuse et le torse vibrant,
La fleur des lupanars, des tripots et des bouges
Bouclait nonchalamment ses jarretières rouges
Sur de très longs bas noirs d’un tissu transparent,

Quand soudain sa victime eut ce cri déchirant
‘Je suis dans un brouillard qui bourdonne et qui bouge
Mon oeil tourne et s’éteint! où donc estu, ma gouge ?
Viens ! tout mon corps tari te convoite en mourant !’

A ces mots, la sangsue exulta d’ironie :
‘Si tu veux jusqu’au bout, râler ton agonie,
Je t’engage, ditelle, à ménager ta voix !’

Et froide, elle accueillit, raillant l’affreux martyre,
Ses suprêmes adieux par un geste narquois
Et son dernier hoquet par un éclat de rire.

Les névroses

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments