Confinement

    Aujourd’hui ou hier et peut-être demain,

Des journées identiques qui paraissent sans fin.

<< L’ennui naquit un jour de l’uniformité >> ;

Cher Monsieur de La motte, il ne s’est pas trompé.

Pour tous les désœuvrés, cherchez dans vos mémoires,

Un rêve inachevé et finissez l’histoire.

Prenez donc une plume! mettez-vous au travail!

Même si vous vous dites, il n’y a rien qui vaille.

A force de désir et d’opiniâtreté,

Vous verrez, vous verrez, on finit par trouver.

Couchez sur le papier, un peu de votre vie,

Celle que vous vivez, ou qui vous fait envie,

Si vous affabulez, peu importe après tout,

On a bien tous le droit d’avoir des rêves fous.

Pour vous, j’ai une idée, parlez-nous de voyage,

Le tour de la cuisine, du salon, du garage,

Et pourquoi pas le lit, la chambre des secrets,

A vous lire, sûrement, ça nous exciterait.

Et si dans vos écrits vous nous parlez d’amour,

Ajoutez-je vous prie, une dose d’humour.

Aucune obligation, mais, de vous il dépend,

De nous désennuyer dans le confinement.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Corona virus

Rose d’hiver