Étrennes

En lieu de mai, de dorure, ou de chaîne
A ce matin premier jour de l’année
Je vous envoie un brin de gui de chêne ;
N’êtesvous pas richement étrennée ?
Cette façon d’en donner n’est pas née
De moi premier : les vieux Druides sages
En présentaient ce jour pour bons présages.
Oh ! qu’en ce gui tel signe fût compris
(Puisque le glud se fait de ses feuillages)
Que votre coeur du mien dût être pris !

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Ombre

Sur la sombre minuit qu’une liqueur miellée