Voyant ces monts de veue ainsi loingtaine

Voyant ces monts de veue ainsi lointaine
Je les compare à mon long desplaisir.
Haut est leur chef, et hault est mon desir,
Leur pied est ferme et ma foy est certaine.

D’eux mainct ruisseau coule et mainte fontaine,
De mes deux yeulx sortent pleurs à loisir ;
De forts souspirs ne me puis dessaisir,
Et de grands vents leur cime est toute plaine.

Mille troupeaux s’y promènent et paissent,
Autant d’amours se couvent et renaissent ;
Dedans mon coeur, qui seul est leur pasture.

Ils sont sans fruict, mon bien n’est qu’apparence,
Et d’eulx à moy n’a qu’une difference,
Qu’en eux la neige, en moy la flamme dure.

Voter pour ce poème!

Notre ego est en jeu ici. S'il vous plaît, donnez-nous votre approbation en laissant un commentaire sur notre poème brillant.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments