CACHE-CACHE

Cache-Cache

 

Il a pris la main de sa petite sœur.

S’est incliné tout près de son oreille.

Lui a glissé sans feindre son bonheur.

« Viens, on va se cacher… le pare-soleil ! »

 

Le doigt sur ses lèvres, il intima « Chut ! »

Apolline, la coquine pouffa, ravie.

 Il dit à sa mère qui jouait de la flute

« Maman, nous découvrir te fait envie ? »

 

« Martin, Apolline ! Où êtes-vous ? »

Les ombres chinoises sur le paravent

Désignaient les enfants à genoux

Qui se croyaient à l’abri de Maman.

 

La mère qui ne voulait les décevoir

Fit mine de les chercher plus longtemps.

Si fatiguée qu’elle finit par s’asseoir.

« Allons, mes petits, je n’ai plus de temps ! »

 

Certains qu’on ne put pas les découvrir,

Les gamins, excités, en trépignèrent.

Ce fut le petit chien, qui, sur un signe

Fit apparaître les enfants tout sourire.

0

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

A la Venvole

Poème à trois voix