Tel cheval qui boit à la fontaine

Tel cheval qui boit à la fontaine,
telle feuille qui en tombant nous touche,
telle main vide, ou telle bouche
qui nous voudrait parler et qui ose à peine ,

autant de variations de la vie qui s’apaise,
autant de rêves de la douleur qui somnole :
ô que celui dont le coeur est à l’aise,
cherche la créature et la console.

Vergers

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments