Dizain au lecteur

Ami lecteur, donne-moi l’accolade,

Car j’ai pour toi besogné, Dieu merci.

Comme Villon qui polit sa Ballade

Au temps jadis, pour charmer ton souci

J’ai façonné la mienne, & la voici.

Je ne dis pas que les deux font la paire,

Et contenter tout son monde & son père

Est malaisé, chacun garde son rang!

Mais voire! avec ces rimes, je l’espère,

Tu peux aussi te faire du bon sang.
Juin 1873.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments