Colère d’un printemps

Tu piques dans la caisse

L’argent des contribuables

Car ce n’est que la paresse

Ta qualité honorable
Tu joues à quitte ou double

La lenteur de la justice

Les électeurs t’adoubent

Ta force est ton artifice
Quand l’heure des comptes viendra

Sous la colère d’un printemps

Tu prieras encore tous les vents

Pour t’échapper par là
Thomas Chaline, 2017

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Le combat avec l’ange

C’en est donc fait ! par des tyrans cruels