La retraite

Heureux l’amant de la retraite !
Il a des plaisirs sûrs, il goûte un doux sommeil.
D’une âme égale et satisfaite,
Il revoit chaque jour l’un à l’autre pareil.

Au monde il n’est rien qu’il regrette.
Sans projet, sans effort il trouve le bonheur.
La contrainte jamais n’opprimera son cœur.
Heureux l’amant de la retraite !

Le plaisir dans nos jeux, sous un vain appareil,
N’est qu’une éclatante imposture ;
Mais lui, fidèle à la nature,
II a des plaisirs surs, il goûte un doux sommeil.

S’il brave une flamme inquiète,
S’il échappe à l’amour, à ses traits, à ses feux ;
Du sort le plus volage il verra tous les jeux,
D’une âme égale et satisfaite.

Qu’il s’anime au travail ou se livre au sommeil,
Dans son cœur l’amitié préside,
Et doucement sous son égide,
Il revoit chaque jour l’un à l’autre pareil.

Voter pour ce poème!

Victoire Babois Apprenti Poète

Par Victoire Babois

Marguerite Victoire Babois, née le 6 octobre 1760 à Versailles et décédée le 18 mars 1839 à Paris, est une femme de lettres française, auteure d'élégies et autres poésies qui ont placé son nom au premier rang des poètes élégiaques français.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Rejoignez notre monde de mots, où chaque commentaire est un baiser de Ronsard à l'âme.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’amour

La touchante amitié