poète en tête…

Le poète,

Non, ne le cherchez pas, là où il ne peut survivre,
un don si naturel, déjà a fait effort
pour courir les champs, offrir le réconfort
réveillant les esprits, enivrant les plus ivres,

c’est l’ami de vos nuits aux contours de brouillard,
à peine vu ici, il est là intouchable,
timidement sorti en mémoire des cartables,
en hommage posthume, des écoles et boulevards,

son nom importe peu, le feu est anonyme,
en chansons ou en odes, d’élégies en sonnets
du rondeau à la fable, des lais en épopées,
il dévore son époque et survit éponyme,

et c’est un paradoxe, gardez ça bien en tête
il veut «changer la vie»* en proclamant très haut
ce que tout bas nous sommes, pantins ou numéros,
mais l’étymologie, n’oblige aucun poète…

 

 

*- “Il a peut-être des secrets pour changer la vie ? Non, il ne fait qu’en chercher, me répliquais-je. Enfin sa charité est ensorcelée, et j’en suis la prisonnière.”

délire I Vierge folle dans : “une saison en enfer” de A.Rimbaud 

Voter pour ce poème!

Nous vous en supplions, donnez-nous votre avis sur ce poème! Nous avons besoin de votre sagacité pour nous éclairer!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments