Je rappelle la nuit a ses devoirs

Je rappelle la nuit à ses devoirs :

offre-moi du sommeil

la fourrure imprévue du désir

Un arbre qui m’épouse

et me protège de la furie de l’errance

Une présence même furtive

de mes chers disparus

Un regain de visions

qui ne s’apparentent pas au cauchemar

Des mots qui parfument la bouche

et font jaillir la source sous ma langue

Offre-moi

en guise d’aube

une montée de lait

au goût d’innocence

Eloigne de moi le coq maudit

Viens sur moi

Appose tes bracelets

sur mes mamelons endurcis

Fais sortir de mon flanc

l’oiseau bleu

Prends mon vertige

et rends-le-moi

Laisse-moi dans l’ignorance

de ta défaite imminente

Ne pars pas

Ne me jette pas en pâture

à la trompeuse lumière du jour

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments