L’absurde

J’aimerais quelquefois vivre dans l’ignorance.

Ne me demandez pas mon nom.
Je ne sais pas où se trouve la
France.

Les fleurs, nous les fanons

dès que pour nous quelqu’un les cueille : une prin-

[cesse

dans un château invertébré, un enfant borgne et roux…
Je le confesse,

je suis mal préparé

pour la fable aujourd’hui : je veux que s’improvisent

le
Loir, la
Loire et le
Loiret.
Voyez là-bas : l’azur est à l’église;

et pour l’orme un décret

certifie noir sur blanc qu’il est un orme.

Je ne respecte pas les lois.
Le carré devient rond malgré sa forme ;

l’âne et le coq gaulois,

la pouliche et le bœuf, ne vont pas à l’école.

Et moi, quelle université m’accepterait ?
L’Islande est agricole

et, produisant le thé.

la
Bourgogne prospère !
Il faut qu’on me pardonne

ces vers comme un chapeau pointu.
Acceptez-en le don ; mon heure sonne :

l’absurde est bien battu.

Voter pour ce poème!

Alain Bosquet Apprenti Poète

Par Alain Bosquet

Anatole Bisk, dit Alain Bosquet, né à Odessa (Ukraine) le 28 mars 1919 et mort à Paris le 17 mars 1998, est un poète et écrivain français d'origine russe.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un dialogue entre les cœurs. Exprimez-vous, inspirez-nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Quand tu me vois baiser tes bras

De ses vers, à sa Sainte