L’écrit sans l’écrivain

Ai-je le droit de m’accepter ?
Un seul caillou me justifie.
Un vent me dit que je mérite un jour d’été.
Une photographie

me chuchote : «
Voici trente ans vous étiez beau : un roi de glace. »
Je m’entoure d’objets pour être plus tentant à mes yeux.
Je me passe,

lorsque je prends quelque tison, un bout d’écorce, une quenouille, de probité, d’espoir et même de raison.
Enfin je me dépouille

de mes scrupules qui sont lourds.
Pour ma conscience insatisfaite, déchiré, déchirant, je remplace l’amour par les amours de tête.

Je suis ce que j’aurais pensé, avec une plus grande audace : l’écrit sans l’écrivain.
Il est trop nuancé, ce poète fugace !

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments