Paris

(extrait)

Prends ma main, Voyageur, et montons sur la Tour.
Regarde tout en bas, et regarde à l’entour.
Regarde jusqu’au bout de l’horizon, regarde
Du nord au sud. Partout où ton oeil se hasarde,
Qu’il s’attache avec feu, comme l’oeil du serpent
Qui pompe du regard ce qu’il suit en rampant,
Tourne sur le donjon qu’un parapet prolonge,
D’où la vue à loisir sur tous les points se plonge
Et règne, du zénith, sur un monde mouvant,
Comme l’éclair, l’oiseau, le nuage et le vent.
Que voistu dans la nuit, à nos pieds, dans l’espace,
Et partout où mon doigt tourne, passe et repasse ?

‘ Je vois un cercle noir, si large et si profond
‘ Que je n’en aperçois ni le bout ni le fond.
‘ Des collines, au loin, me semblent sa ceinture,
‘ Et, pourtant, je ne vois nulle part la nature,
‘ Mais partout la main d’homme et l’angle que sa main
‘ Impose à la matière en tout travail humain.
‘ Je vois ces angles noirs et luisants qui, dans l’ombre,
‘ L’un sur l’autre entassés, sans ordre ni sans nombre
‘ Coupent des murs blanchis pareils à des tombeaux.
‘ Je vois fumer, brûler, éclater des flambeaux,
‘ Brillant sur cet abîme où l’air pénètre à peine,
‘ Comme des diamants incrustés dans l’ébène.
‘ Un fleuve y dort sans bruit, replié dans son cours,
‘ Comme, dans un buisson, la couleuvre aux cent tours.
‘ Des ombres de palais, de dômes et d’aiguilles,
‘ De tours et de donjons, de clochers, de bastilles
‘ De châteaux forts, de kiosks et d’aigus minarets ;
‘ Des formes de remparts, de jardins, de forêts,
‘ De spirales, d’arceaux, de parcs, de colonnades,
‘ D’obélisques, de ponts, de portes et d’arcades,
‘ Tout fourmille et grandit, se cramponne en montant,
‘ Se courbe, se replie, ou se creuse ou s’étend.
‘ Dans un brouillard de feu je crois voir ce grand rêve.
‘ La tour où nous voilà dans le cercle s’élève.
‘ En le traçant jadis, c’est ici, n’estce pas,
‘ Que Dieu même a posé le centre du compas ?
‘ Le vertige m’enivre, et sur mes yeux il pèse.
‘ Voisje une Roue ardente, ou bien une Fournaise ? ‘ […]

Poèmes antiques et modernes

Voter pour ce poème!

Alfred de Vigny Apprenti Poète

Par Alfred de Vigny

Alfred Victor de Vigny, ou comte de Vigny, né le 27 mars 1797 à Loches et mort le 17 septembre 1863 à Paris 8ᵉ, est un écrivain, romancier, dramaturge et poète français. Figure influente du romantisme, il écrit parallèlement à une carrière militaire entamée en 1814 et publie ses premiers poèmes en 1822.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Laissez l'encre de vos pensées couler sur nos pages virtuelles. Écrivez avec passion.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tu rentreras comme Voltaire…

Bleus