L’Odalisque

Aux bords du Bendemir est un berceau de roses
Que jusqu’au dernier jour on me verra chérir ;
Le chant du rossignol, dans ses fleurs demi-closes,
Charme les flots du Bendemir.

J’aimais à m’y bercer d’un songe fantastique ;
M’enivrant de parfums, de repos, d’avenir,
J’écoutais tour à tour l’oiseau mélancolique
Et les ondes du Bendemir.

Maintenant, loin des lieux où fleurit mon aurore,
Je dis : Voit-on encor la rose s’embellir,
Et le chantre des nuits soupire-t-il encore
Sur les rives du Bendemir ?

Non, le printemps n’est plus, la rose s’est flétrie,
Le triste rossignol de douleur va mourir,
Et je ne verrai plus couler dans ma patrie
Les flots d’azur du Bendemir.

Mais il nous reste au moins, quand la rose est passée,
Un parfum précieux que l’art sait obtenir,
Pareil au souvenir qui rend à ma pensée
Les bords riants du Bendemir.

Voter pour ce poème!

Charles Le Goffic Apprenti Poète

Par Amable Tastu

Amable Tastu, nom de plume de Sabine Casimire Amable Voïart, née le 31 août 1798 à Metz et morte le 10 janvier 1885 à Palaiseau, est une femme de lettres française.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est le miroir de l'âme. Reflétez la vôtre dans nos commentaires, à la manière de Baudelaire.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Tableau de Paris (A cinq heures du soir)

Scènes du Passé