Ô ciel aérien inondé de lumière

Ô ciel aérien inondé de lumière,
Des golfes de làbas cercle brillant et pur,
Immobile fumée au toit de la chaumière,
Noirs cyprès découpés sur un rideau d’azur ;

Oliviers du Céphise, harmonieux feuillages
Que l’esprit de Sophocle agite avec le vent ;
Temples, marbres brisés, qui, malgré tant d’outrages,
Seuls gardez dans vos trous tout l’avenir levant ;

Parnès, Hymette fier qui, repoussant les ombres,
Retiens encor le jour sur tes flancs enflammés ;
Monts, arbres, horizons, beaux rivages, décombres,
Quand je vous ai revus, je vous ai bien aimés.

Les Stances

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments