La moindre rançon

A u pays d’Elisa.

Toi qui ronges la plus odorante feuille de l’atlas

Chili
Chenille du papillon-lune*

Toi dont toute la structure épouse

La tendre cicatrice de rupture de la lune avec la terre 2

Chili des neiges
Comme le drap qu’une belle rejette en se levant

Dans un éclair le temps de découvrir

1.
C’est un grand papillon vert amande finissant en clé de sol qui passe vers minuit.
Je ne le connaissais pas avant de me rendre en
Amérique.
Il me visita peu après dans une maison située en plein bois.
Sa venue et son insistance me parurent augurales.

2. «
Los geôlogos han descurbierto un hecho adicional que presta una fuerte base a la hypotesis de que la cuenca del
Pacifico es realmente el « agujero » dejado en la superficie de la
Tierra por la separacion de su satélite. » (George
Gamow :
Biogra/ia de la
Tierra).

De toute éternité ce qui me prédestine à toi

Chili
De la lune en septième maison dans mon thème astral

Je vois la
Vénus du
Sud

Naissant non plus de l’écume de la mer

Mais d’un flot d’azurite à
Chuquicamata

Chili
Des boucles d’oreilles araucanes en puits de lune

Toi qui prêtes aux femmes les plus beaux yeux de

brume
Touchés d’une plume de condor

Chili
Du regard des
Andes on ne saurait mieux dire

Accorde l’orgue de mon cœur aux stridences des

hauts voiliers de stalactites
Vers le cap
Horn

Chili
Debout sur un miroir

Et rends-moi ce qu’elle est seule à tenir

Le brin de mimosa encore frémissant dans l’ambre

Chili des catéadores
Terre de mes amours

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments