Vous qui sans corps, Démons, errez en France

Vous qui sans corps, Démons, errez en France,
Laissez ici reposer doucement
Vos membres froids, et chez vous maintenant
Courez pour voir le deuil de votre absence.

Allezy donc, invisibles, je pense
Que vous verrez celuici, son enfant,
L’autre sa femme, en un noir vêtement,
Offrir à Dieu pour votre délivrance :

Disant adieu à tous vos domestiques,
Vous reviendrez trouver vos corps étiques,
Prendre congé de vos yeux endormis.

Étant guidés des pâles filandières
Vous passerez les mortelles rivières,
Vengés d’Amour, et de vos ennemis.

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

GIPHY App Key not set. Please check settings

Je finirai ma vie à l’armée du salut

Allégeance