Enfant aveugle, nain, qui n’as autre prouësse

Enfant aveugle, nain, qui n’as autre prouësse,
Sinon en trahison quelque flesche tirer,
Qui n’as autre plaisir sinon de deschirer
En cent pieces les coeurs de la folle jeunesse ;

Le corps sans honte nud si ton pere te laisse,
Il monstre qu’on se doit loing de toy retirer,
Qui n’as rien que les coeurs que tu peux attirer
Par les traistres appas de ta main larronnesse.

Meurtrier, larron, pipeur, dy moy, dy hardiment,
Si rien aux tiens jamais tu donnas que tourment ?
Ores, sans t’espargner, de toy je me veux plaindre,

Quel mal me feras tu que je n’aye enduré ?
Mes maulx m’ont fait meshuy contre toy asseuré ;
J’ay desjà tant souffert que je n’ay rien à craindre.

Vers françois

Voter pour ce poème!

Etienne De La Boetie Apprenti Poète

Par Etienne De La Boetie

Étienne de La Boétie est un écrivain humaniste et un poète français, né le 1ᵉʳ novembre 1530 à Sarlat et mort le 18 août 1563 à Germignan, dans la commune du Taillan-Médoc, près de Bordeaux. La Boétie est célèbre pour son Discours de la servitude volontaire.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Chaque commentaire est une goutte de pluie dans notre océan de poésie. Ajoutez votre averse, à la manière de Hugo.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Automne

Quel ailleurs?