Pourquoi pour mon malheur eus-je l’oeil si léger

Pourquoi pour mon malheur eusje l’oeil si léger ?
Pourquoi le sens si prompt, et l’esprit si fragile,
Que de voir, que d’aimer, et que de m’engager
A servir un bel oeil d’un labeur inutile ?

Pour avoir vu je meurs, mais d’une mort subtile
Qui renaît d’ellemême et ne fait que changer,
Pour aimer je me vois tous les jours outrager,
Et servant je languis en ma prison servile.

L’oeil, le sens et l’esprit, trop prompt, trop clair, trop vif,
M’a trompé, m’a séduit, m’a fait être captif
D’un attrait, d’un propos, d’un amoureux cordage.

Pour avoir vu, aimé et servi son bel oeil,
L’ardeur, l’amour, les fers, me mènent au cercueil.
Dieux ! faites pour le moins que la mort me soulage !

Voter pour ce poème!

Avatar Apprenti Poète

Par Etienne Durand

Poemes Etienne Durand - Découvrez les œuvres poétiques de Etienne Durand

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est une danse des mots. Invitez-vous sur la piste, dansez avec nous.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Si tu pouvais…

La forêt canadienne