La vallée…

La vallée d’Alméria. La vallée d’Alméria

doit être une vallée en tubéreuse aux eaux d’argent

et aux montagnes claires et bleues et aux torrents

pleins de fleurs claires, de grenadiers rouges et luisants.
La vallée d’Alméria. La vallée d’Alméria

doit être une vallée où est un château clair,

des histoires d’amour pleines de seringas,

de jardins en sommeil et de belladones.
La vallée d’Alméria. La vallée d’Alméria

est comme une guitare aux fleurs des citronniers.

Les duègnes surveillaient mal et les cavaliers

engrossaient les belles jeunes filles sous les ombrages noirs.
La vallée d’Alméria. La vallée d’Alméria,

c’est un rêve clair comme le silence des vallées.

Vers les hôtelleries elles s’en sont allées,

celles qu’un muletier descendit dans ses bras.
1895.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments