Les lilas qui avaient fleuri…

Les lilas qui avaient fleuri l’année dernière

vont fleurir de nouveau dans les tristes parterres.

Déjà le pêcher grêle a jonché le ciel bleu

de ses roses, comme un enfant la Fête-Dieu.

Mon cœur devrait mourir au milieu de ces choses,

car c’était au milieu des vergers blancs et roses

que j’avais espéré je ne sais quoi de vous.

Mon âme rêve sourdement sur vos genoux.

Ne la repoussez point. Ne la relevez pas,

de peur qu’en s’éloignant de vous elle ne voie

combien vous êtes faible et troublée dans ses bras.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments