Dépendance dangereuse

Ô philtre de la sympathie !
Comme le miel au doux rayon,
Mis dans la bouche du lion,
Ta douceur nous rend l’énergie,
Tu rafraîchis le cœur souffrant ;
Mais, si de toi dépend sa vie,
L’homme alors ne fait rien de grand.

Voter pour ce poème!

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments