Si tu m’aimes

Je sens voler sur tes traces,
Ô belle aux yeux languissants,
Tout émus et frémissants,
Si tu passes,
Mon cœur, mon âme et mes sens.

Vierge aux manières modestes,
Près de toi je suis troublé ;
Pars-tu, tout est désolé ;
Si tu restes,
Pour moi le monde est peuplé.

J’aime, vives ou touchantes,
Les chansons que, dans les bois,
Le rossignol dit parfois…
Si tu chantes,
Je n’entends plus que ta voix.

J’ai connu, vierge, des heures…
A leur souvenir, d’effroi
Déjà mon cœur se sent froid ;
Si tu pleures,
Alors il se brise en moi.

Ton front pur, ô fille d’Eve,
D’aucun souffle n’est terni ;
Un bon ange l’a béni,
Et, s’il rêve,
Il m’entr’ouvre l’infini.

Tes yeux noirs et doux, qui laissent
Filtrer tant d’âme au travers,
Sur les miens, chargés d’éclairs,
S’ils s’abaissent,
Je crois voir les cieux ouverts.

Que m’importent tous problèmes,
Soucis, plaisirs ou chagrins ?
En toi, je vis et je crains :
Si tu m’aimes,
J’ai consommé mes destins !

Voter pour ce poème!

Henri-Frédéric Amiel Apprenti Poète

Par Henri-Frédéric Amiel

Henri-Frédéric Amiel est un écrivain et philosophe suisse, auteur d'un journal intime exceptionnel tant par son volume que par la valeur et l'universalité de son message.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie, c'est l'art de l'âme. Venez, comme Guillaume Apollinaire, exprimer la vôtre en commentant.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Sans le savoir

Souvenir de Naples