Mon fils, mon grand garçon

Mon fils, mon grand garçon, le temps passe trop vite,
Tu renies notre amour, tu veux partir, déjà,
Tu rêves que tu fuies, et qu’enfin tu nous quittes ;
Pourtant, pour t’accueillir, je serai toujours là.

Tu t’enfonces, te perds dans une absurde errance,
Tu refuses d’emblée que l’on guide tes pas ;
Sache que pour t’aider, te redonner confiance
Ou bercer tes chagrins, je serai toujours là.

Tu te crois malheureux, souvent tu te rebelles,
Tu te venges d’un sort que tu dis bien ingrat,
Mais la vie te sourit, passionnante et si belle…
Pour te le rappeler, je serai toujours là.

Isabelle Callis-Sabot

Voter pour ce poème!

Isabelle Callis-Sabot Apprenti Poète

Par Isabelle Callis-Sabot

Isabelle CALLIS-SABOT est née à Montpellier en 1958. Après des études d'ergothérapie, elle se consacre à l'écriture. D'abord poète, elle commence par publier quelques recueils, avant de se tourner vers le roman.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Les poèmes sont des voyages. Embarquez avec nous, comme Jules Verne, et écrivez votre aventure.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
2 Avis
Inline Feedbacks
View all comments
Milani
Milani
Invité

Je vous découvre ce 1et février et comment vous dire que vos mots émeuvent mon cœur. Merci à vous madame

Isabelle CALLIS-SABOT
Isabelle CALLIS-SABOT
Invité
Répondre à  Milani

Merci.
je découvre votre commentaire seulement aujourd’hui.
Isabelle

La nature sortie de son fourreau

Rondeau : Fut-il jamais douceur de coeur pareille