Un beau matin

Il n’avait peur de personne

Il n’avait peur de rien

Mais un matin un beau matin

Il croit voir quelque chose

Mais il dit
Ce n’est rien

Et il avait raison

Avec sa raison sans nul doute

Ce n’était rien

Mais le matin ce même matin

Il croit entendre quelqu’un

Et il ouvrit la porte

Et il la referma en disant
Personne

Et il avait raison

Avec sa raison sans nul doute

Il n’y avait personne

Mais soudain il eut peur

Et il comprit qu’il était seul

Mais qu’il n’était pas tout seul

Et c’est alors qu’il vit

Rien en personne devant lui.

Voter pour ce poème!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelle grandeur rend l’homme vénérable

A de Pange