Le fil des jours

La vie de Loris tient encore le bon (si l’on peut dire) bout de ce fil tendu à Paris, du centre à la périphérie.

En équilibre libre et sans cesse menacé il a marché, dansé, chanté sur lui, mais c’était un fil barbelé et trop souvent Loris est tombé. Ses dessins sont les radios des cicatrices de sa vie.

L’humour appartient à tout le monde même si personne n’en sait rien.

Celui de Loris n’appartient qu’à lui. De même que les mémoires, les lettres de Bibi Lolo de Saint-Malo, en Italie à Tahiti, n’appartiennent qu’à ses amis.

(Octobre 1975)

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Les Forgerons

Les joncs