Pierrots, III

Comme ils vont molester, la nuit,
Au profond des parcs, les statues,
Mais n’offrant qu’aux moins dévêtues
Leur bras et tout ce qui s’ensuit,

En têteàtête avec la femme
Ils ont toujours l’air d’être un tiers,
Confondent demain avec hier,
Et demandent Rien avec âme !

Jurent ‘ je t’aime ! ‘ l’air làbas,
D’une voix sans timbre, en extase,
Et concluent aux plus folles phrases
Par des : ‘ Mon Dieu, n’insistons pas ? ‘

Jusqu’à ce qu’ivre, Elle s’oublie,
Prise d’on ne sait quel besoin
De lune ! dans leurs bras, fort loin
Des convenances établies.

L’Imitation de N.D la Lune

Voter pour ce poème!

0 Points
J'aime

Laisser un avis, une critique ou analyse

T'as quelque chose à dire, une réaction ? Ce poème t'a-t-il touché ? C'est ici.

Captcha loading...

Le réveil en fanfare

Une douceur splendide et sombre