Le bûcheron et la mort

Le dos chargé de bois, et le corps tout en eau,
Un pauvre bûcheron, dans l’extrême vieillesse,
Marchait en haletant de peine et de détresse.
Enfin, las de souffrir, jetant là son fardeau,
Plutôt que de s’en voir accablé de nouveau,
II souhaite la Mort, et cent fois il l’appelle.

La Mort vint à la fin : Que veux-tu ? cria-t-elle.
Qui ? moi ! dit-il alors prompt à se corriger :
Que tu m’aides à me charger.

Voter pour ce poème!

Nicolas Boileau Apprenti Poète

Par Nicolas Boileau

Nicolas Boileau, dit Boileau-Despréaux, est un poète, traducteur et critique littéraire français né le 1ᵉʳ novembre 1636 à Paris et mort dans la même ville le 13 mars 1711.

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

La poésie est un feu qui brûle dans l'âme. Venez partager votre flamme, à la manière de Paul Éluard.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

L’art poétique (Chant IV)

Les embarras de Paris