Misérables travaux, vagabonde pensée

Misérables travaux, vagabonde pensée,
Soucis continuels, espoirs faux et soudains,
Feintes affections, véritables dédains,
Mémoire qu’une absence a bientôt effacée,

Vraie et parfaite amour d’oubli récompensée,
Aventureux désirs, mais follement hautains,
Et vous de ma douleur messagers trop certains,
Soupirs, qui donnez air à mon âme oppressée,

Quoi ? ces vivantes morts, ces durables ennuis,
Ces jours noirs et troublés, ces languissantes nuits
Tiendrontils mon esprit en tristesse éternelle ?

Ne doisje donc jamais sentir d’allégement ?
Hélas ! je n’en sais rien, je sais tant seulement
Que j’endure ces maux pour être trop fidèle.

Cléonice

Voter pour ce poème!

Laisser un avis, une critique ou analyse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aux monarques vainqueurs la rouge cotte d’armes

Crois-moi