Rire

Rions sur la terre en délire

Où la lumière aime et fleurit,

Puisque le clair, le divin Rire

Nous appartient, comme l’Esprit.
Rions sous la clarté qui tombe

Parmi les rameaux chevelus;

Car, amis, la blanche colombe

Ne rit pas, le tigre non plus.
Oui, rions sous les flammes vives,

Puisque c’est notre beau destin

D’être les glorieux convives

Assis à l’immortel festin;
Puisque la Vie âpre et sévère

Aura son éclatant réveil;

Puisque brillent dans notre verre

Les rouges vins, pleins de soleil;
Puisque l’Homme, cueillant des roses,

Peut dire au divin Rabelais:

Tu sais toutes sortes de choses

Amusantes, conte-moi-les!
Puisque le sommelier Prodige

Est notre docile échanson;

Puisque c’est, lorsque je l’exige,

Hugo qui chante une chanson,
Et puisque, auprès du bleu pilastre,

Le diamant aux cieux cloué

N’est certes pas un plus bel astre

Que la prunelle de Chloé.
22 septembre 1888.

Voter pour ce poème!

Théodore de Banville Apprenti Poète

Par Théodore de Banville

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du bonheur ».

Ce poème vous a-t-il touché ? Partagez votre avis, critique ou analyse !

Vos mots sont la mélodie de notre poésie. Faites résonner votre voix.
S’abonner
Notifier de
Avatar
guest
0 Avis
Inline Feedbacks
View all comments

Les roses de Saadi

Au fond du visage